The free dream: interview au retour de Trango

Denis Roy, membre de the Free Dream, partenaire de Les Arts de la Grimpe a bien voulu répondre à nos questions concernant cette expédition riche en rebondissements.
En effet, les dernières news consacrées à ce sujet nous permettaient de suivre en direct leur évolution dans ce périple, leur état de forme, leur moral.

Sun terrasse

Interview

Les Arts de la Grimpe

« –    Bonjour Denis, tu as parcouru le monde pour effectuer toutes sortes de réalisations en escalade (des falaises de Kalymnos aux grandes voies du Yosémite en passant par Madagascar). Tu reviens après la tentative d’Eternal Flamme à la Tour de Trango, n’as-tu pas appréhendé le fait de basculer d’une discipline qui est l’escalade à une autre qui comporte d’autres exigences: l’alpinisme?

Denis

J’avais déjà effectué ce passage en 2007 avec le Kirghizstan ; et la montagne ne m’est pas inconnue, ayant réalisé pas mal de courses neige, mixte ou rocher dans les Alpes.
Je pense connaître assez bien les problèmes et exigences liés à l’alpinisme tels que le froid, la météo, l’altitude, l’engagement, ou risques imprévisibles (chutes de séracs en exemple), et effectivement partir à Trango a réveillé des craintes et des peurs.

Les Arts de la Grimpe

–    Quelles sont les différences majeures entre une grande voie type Yosémite et une grande voie alpine type Trango?

Denis

L’altitude, le froid, la nécessité d’une météo parfaite. L’équipement est comparable (relais + coinceurs) mais on a encore moins envie de prendre le risque de se blesser à 5/6000 au Pakistan, que dans la vallée du Yosémite !

Les Arts de la Grimpe

–    Peut on dire alors que l’une est plus dangereuse que l’autre?

Denis

Oui, c’est plus dangereux car certains risques ne sont pas maîtrisables ; une chute de séracs peut arriver n’importe quand ! Pour nous, cela est arrivé la dernière nuit, alors que nous étions au camp de base ; quelques tonnes (centaines ?) sont tombées dans le couloir où nous étions passés une dizaine de fois… Il est sûr également qu’en cas de blessure, la possibilité de secours n’est pas la même, mais cela on peut le rencontrer dans d’autres lieux non alpins comme Madagascar, le Hoggar, le Mali par exemple.

Les Arts de la Grimpe

–    Il paraît que le granit à Trango est le plus beau du monde, tu confirmes?

Denis

Trango présente certainement un des plus beaux granit du monde ; mais nous n’avons qu’entrevu la partie supérieure, c’est difficile d’en dire plus. En tous les cas, la ligne est exceptionnelle, visuellement parlant.

Les Arts de la Grimpe

–    Les conditions durant votre expé. ont éliminés unes à unes les chances de réussite de The Free Dream; à quel moment tu as compris qu’il fallait renoncer?

Denis

Mon choix de renoncer n’a pas été vraiment décalé par rapport au reste de l’équipe. Lors de notre dernière tentative, nous avions un créneau de beau temps très court ; nous sommes arrivés à Sun Terrasse (5650 mètres) mais dans des conditions difficiles de froid et de vent, nécessitant une grande concentration et des efforts importants. Lors de cette journée, notre marge pour gérer notre sécurité n’était pas très grande… et la nuit à cette altitude peu récupératrice.
La belle journée du lendemain s’est avérée froide et neigeuse ; les fissures pleines de glace. Le choix s ‘est imposé dans toutes les têtes à ce moment.

Les Arts de la Grimpe

–    Vous aller sortir un film sur cette aventure?

Denis

Un film de 52 minutes est en préparation (avril 2009) ; il relatera bien sûr l’expédition mais présentera aussi les personnalités bien originales des membres de l’équipe, en replaçant notamment chacun dans sa vie de tous les jours. Jerry, qui devait gérer son diabète malgré le froid, l’altitude et les efforts, et Eliza, seule fille de l’équipe et aventurière type, seront les personnages principaux.
Le côté humain de cette aventure sera mis en avant ; les Pakistanais qui géraient notre camp de base sont des personnages intéressants et riches d’une culture différente et parfois pleine de contradictions et questionnements.
Les paysages grandioses du Baltoro, un léopard des neiges qui nous rendait visite la nuit, les séquences tournées en altitude dans des conditions difficiles, la vie des porteurs durant notre approche, sont autant d’éléments forts de notre périple, et donc je l’espère du film.
Une musique originale est en cours de création (François Bonne, auteur de quelques morceaux sur« Madagasikara » et « Sahara Vertical »).

Les Arts de la Grimpe

–    Ton futur projet sera plus orienté rocher ocre dans un décor paradisiaque ou paroi glaciale en haute altitude?

Denis

Pas de projet pour le moment à part le film, et grimper sur du rocher sec, chaud et équipé ! Peu de chance que le prochain trip soit dans une face nord en altitude mais sait on jamais ?

Comments are closed.